FR
facebook twitter instagram youtube itunes
facebook twitter instagram youtube itunes

Press

«Incroyable talent»: Pourquoi Marianne James et Sugar Sammy vont faire oublier les polémiques
by Antoine Irrien
2018-10-29

Deux nouvelles têtes pour un nouveau départ. La France a un incroyable talent, divertissement phare de M6, revient ce mardi, à 21 h, pour une treizième saison, avec de nouveaux jurés. Marianne James et l'humoriste Sugar Sammy rejoignent Hélène Ségara et Eric Antoine, fidèles au poste depuis trois ans. [...]

Le mauvais rôle, celui du juré soupe au lait, difficile à convaincre - une partition dans laquelle s’épanouissait Gilbert Rozon -, est plutôt du ressort de Sugar Sammy. L’humoriste québécois, méconnu du grand public français, est une star outre-Atlantique. Son registre : l’ironie, le rire cru, parfois « trash ». « Je ne peux pas me filtrer. J’ai un humour transgressif. Il faut que mon attitude de juré colle avec ce que je fais sur scène, je veux rester naturel », affirme l’artiste qui refuse cependant d’être « le méchant de l’émission ». Il n’empêche qu’il ne ménage pas vraiment les candidats. « Le numéro était trop long, vous ne m’avez pas fait rire », est-il capable de lancer, lapidaire et sur un ton agacé, à un artiste qu’il a buzzé d’une croix rouge. Et lorsque le public hue, il rétorque : « Si vous voulez un juré mou, prenez Drucker ! »

Son collègue Eric-Antoine, lui, est fan. « On a des esprits tordus, je sens qu’on va beaucoup rire », s’enthousiasme l’illusionniste en conférence de presse. Entre les deux pros du rire, c’est la « bromance », assurent-ils. « Eric m’a beaucoup guidé dès le début des castings. Mon niveau d’apprentissage est allé très vite avec lui sur le plateau. Il a vraiment pris le temps de m’expliquer en détail les rouages de l’émission », salue Sugar Sammy. Et quand on demande à Eric Antoine si la venue d’un autre humoriste aurait pu lui faire peur, il répond, forcément en blaguant : « C’est simple j’avais droit de véto. J’ai donné une valise pleine d’argent à Sugar pour pas qu’il me pique les vannes. »